LE MONSTRE

Issu du désert de Gobi, en Mongolie, ce monstre est un ver géant anthropophage qui attaque ses proies en leur crachant de l’acide par la bouche ou en les électrocutant avec son autre terminaison.

Si des témoins affirment l’avoir vu, sans ramener de preuves, tous la décrivent de la même manière : de couleur rouge, mesurant jusqu’à 1,50 mètre de long et dont il est impossible de différencier la tête de la queue.

Ce ver vit sous terre et hiberne une grande partie de l’année, sauf en juin et juillet, où il chasse ses proies.

Ver mortel

TÉMOIGNAGES

La toute première allusion occidentale date de 1926, dans le livre de Roy Chapman Andrews. Bien que sceptique sur l’existence de ce monstre, le paléontologue américain cite le Premier ministre mongole qui décrit cette dernière et affirme que son contact provoque une mort instantanée. La rumeur s’étend peu à peu (très lentement, durant des années) à propos d’une créature monstrueuse habitant dans le sud du désert de Gobi.

C’est ainsi qu’une expédition est financée de 1946 à 1949. Là encore, les chercheurs disent avoir aperçu ce qui ressemble à un long intestin rouge, telle qu’elle est décrite par les locaux. Le paléontologue Yuri Orlov rejoint la liste des témoins mais ne ramène pas de spécimens.

L’une des expéditions raconte qu’un des membres piquait le sol du désert avec une tige de métal lorsqu’il s’écroula, mort. Suite à cela, les autres membres présents ont senti le sol trembler et vu une forme ronde sortir du sol. Pris de panique, ils ont pris la fuite. Ils ont tous survécu mais qu’est-il advenu de leur camarade mort ? Il est fort probable que le ver l’a mangé.

MYTHE OU RÉALITÉ ?

S’il est fort probable qu’un ver énorme puisse exister, il est évident que malgré le nombre d’expéditions qui ont été menées, nous n’avons eu que des retours oraux, mais aucune preuve physique de l’existence de ce ver.

Selon les scientifiques, un animal vivant dans un milieu aussi aride ne peut y survivre si c’est un mollusque. Ainsi il s’agirait plutôt d’un type de serpent ou d’un lézard sans pattes car en 1983, un boa des sables fut montré aux locaux qui le prirent pour un olgoi-khorkhoi. D’autres réfutèrent ce témoignage.

Alors, folklore ou réalité? La conclusion est qu’il est peu probable qu’une telle créature existe dans ce milieu hostile. Mais qui sait, peut être une personne, épargnée par la créature, nous rapportera une preuve de son existence… ?

Auteure : Ezio

Correction et vérification : Davy Chatillon

Date de publication : 16 Nov, 2018 - Dernière mise à jour : 20 Nov, 2018